17 mai 2021
Articles, REACH, (éco)toxicologie, Alimentaire, santé et environnement, Nanomatériaux

Mise à jour de l’évaluation du dioxyde de titane E171 en tant qu’additif alimentaire

dioxyde de titane

Adoptée depuis 2011 par la Commission Européenne, la recommandation 2011/696/EU définie le terme de « nanomatériau »

En mars 2020, la Commission européenne a fait une demande à l’EFSA pour l’évaluation de la sécurité du dioxyde de titane E171 utilisé comme additif alimentaire, ne le considérant plus comme sûr. La dernière évaluation de l’EFSA date de 2016, et considérait le dioxyde de titane comme pouvant être utilisé sans danger.

 

Définition du dioxyde de titane selon l’EFSA :

« Le dioxyde de titane est utilisé comme colorant alimentaire (E171) et, comme pour toutes les couleurs alimentaires, sa fonction technologique est de rendre les aliments plus attrayants visuellement, de donner de la couleur à des aliments qui seraient autrement incolores, ou de restaurer l’apparence originale des aliments. Le dioxyde de titane est également présent dans les cosmétiques, les peintures et les médicaments. » Source

Déclaration du Professeur Maged Younes, Président du Groupe d’experts de l’EFSA sur les additifs alimentaires et les arômes « FAF » :

« Compte tenu de toutes les études et données scientifiques disponibles, le Groupe spécial a conclu que le dioxyde de titane ne peut plus être considéré comme un additif alimentaire. Un élément essentiel pour parvenir à cette conclusion est que nous ne pouvions pas exclure les préoccupations de génotoxicité après la consommation de particules de dioxyde de titane. Après l’ingestion orale, l’absorption des particules de dioxyde de titane est faible, mais elles peuvent s’accumuler dans le corps ».

 

Évaluation de la génotoxicité      

La génotoxicité se réfère à la capacité de causer des dommages au matériel génétique par des agents physiques chimiques ou biologiques, et peut entraîner des effets cancérigènes.

Déclaration du Professeur Matthew Wright, membre du Groupe de la FAF et président du groupe de travail de l’EFSA sur E171 :

« Bien que les preuves d’effets toxiques généraux n’aient pas été concluantes, sur la base des nouvelles données et des méthodes renforcées, nous ne pouvions pas exclure une préoccupation pour la génotoxicité et, par conséquent, nous ne pouvions pas établir un niveau sûr pour l’apport quotidien de l’additif alimentaire. »

 

La Commission européenne et les États membres de l’UE vont examiner les conclusions de l’EFSA et déciderons des mesures appropriées pour assurer la protection des consommateurs.

 

Pour aller plus loin :

 

 

Pour toutes autres demandes spécifiques sur vos nanomatériaux

N'hésitez pas à nous contacter
Nos actualités
Les représentants exclusifs doivent déclarer sur REACH-IT les fabricants hors-UE qu’ils représentent.

Les représentants exclusifs doivent déclarer sur REACH-IT les fabricants hors-UE qu’ils représe…

autorisation simplifiée

Avancement du programme d’examen européen des substances actives existantes

image REACH

Nouvelle substance SVHC à la liste candidate à autorisation de REACH.

Agenda
Formation
Formation CHESAR

CHESAR: Maîtriser l'outil de l'ECHA pour évaluer le risque chimique

Formation
Formation IUCLID 6

IUCLID 6: maîtriser l'outil de l'ECHA pour construire, mettre à jour et améliorer la qualité de…

Formation
Formation SEIRICH

SEIRICH: maîtriser l'outil de l'INRS pour évaluer le risque chimique au poste de travail